Consanguinité

La consanguinité est le fait que deux individus, ayant une parenté assez étroite se reproduisent entre eux et obtiennent une descendance.



Catégories :

Génétique - Anthropologie de la parenté

Recherche sur Google Images :


Source image : memoirescanaris.free.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • consanguins - enfants nés du même père, mais de mères différentes. (source : genea-world)
  • Lien de parenté sur le plan génétique. Définition générale du lien de parenté de premier degré entre individus. (source : hc-sc.gc)

La consanguinité est le fait que deux individus, ayant une parenté assez étroite se reproduisent entre eux et obtiennent une descendance. La consanguinité peut être plus ou moins forte selon que, si on prend le cas de l'espèce humaine, l'union se fait entre un frère et une sœur, un oncle et une nièce, des cousins....

Concept en premier lieu empirique et lié à l'élevage, ainsi qu'à certaines pratiques matrimoniales, il a été formalisé par la génétique avec la découverte des supports matériels de l'hérédité.

Définition et mesure

La consanguinité entre deux individus (personnes ou animaux) se définit comme la proportion d'allèles semblables par descendance. C'est par conséquent un nombre compris entre 0 et 1, fréquemment exprimé en pourcentage. Notez qu'il est bien question d'allèles et non de gènes : l'homme possédant déjà entre 98, 4 % et 98, 6 % de ses gènes en commun avec le chimpanzé, un pourcentage sur les gènes serait environ inexploitable.

Deux clones, deux vrais jumeaux sont idéalement consanguins (100%). Ils ne sont pas pour tout autant semblables : les empreintes digitales de jumeaux changent, les pelages de chats ou de bovins clonés aussi, etc.

La consanguinité de parent à enfant, en supposant une consanguinité nulle (cas d'école impossible en pratique) entre les deux parents, est de 25%[1]. En effet, l'enfant partage dans ce cas la moitié de ses chromosomes ou plus précisément de ses allèles avec chacun de ses parents.

La consanguinité de ces enfants entre eux est la même que celle vis-à-vis de leur parents. Cela implique qu'un enfant d'un accouplement entre frère et sœur a le même degré de consanguinité qu'un enfant d'un accouplement entre parent et enfant. La multiplication de ce type d'accouplement conduirait rapidement, sans la naissance aléatoire de mutation quelquefois significative, à une consanguinité de 100%, c'est-à-dire à un clonage avec un unique allèle pour chaque caractère non sexuel (il resterait toujours la différence entre les chromosomes sexuels, X et Y). Mais, inversement, il suffit d'un seul accouplement exogame pour faire immédiatement tomber la consanguinité à 0%

On peut aussi définir, sur cette base, une consanguinité moyenne dans une population, comme la moyenne des consanguinités. Elle dépendra du nombre de variantes (allèles) du même gène qui sont disponibles dans la population, et par conséquent du nombre d'ancêtres différents qui ont fondé la population reconnue et du taux de mutation depuis cette fondation.

Cœfficient de consanguinité

En génétique des populations, le cœfficient de consanguinité (fréquemment noté Cc ou F) est la probabilité pour que les deux allèles que possède un individu en un locus donné soient semblables à cause d'un ancêtre commun.

Croyances et réalités

Au XIXe siècle des écrivains expliquent la tare héréditaire ou congénitale par l'influence néfaste d'une consanguinité importante (reconnu comme un facteur explicatif de décadence par exemple dans des familles royales et peut-être justificatif de l'obligation de leur disparition et par là des révolutions).

La consanguinité était aussi la règle des sociétés rurales, ou alors de l'ensemble des sociétés humaines, par la difficulté matérielle qu'il y avait à chercher conjoint (e) ailleurs. La terre n'aurait pu d'autre part porter le nombre d'ancêtres théoriques qu'a chaque individu, soit plus d'un milliard d'ancêtres théoriques à la trentième génération aux alentours de l'an mil. Néanmoins, il est incontestable que la procréation consanguine concentre certaines caractéristiques génétiques défavorables.

Études scientifiques sur la population des Hautes-Pyrénées

En 2002, une étude fut menée sur les populations rurales des Hautes-Pyrénées (France). Cette étude dirigée par le CNRS avait la particularité de regrouper des scientifiques mais également des historiens, des anthropologues et des sociologues. Les sociétés ou instituts suivants furent impliqués dans les investigations : la société des généticiens (spécialisés sur les mutations dans l'histoire des allèles), la société des historiens des Hautes-Pyrénées, l'institut de la sociologie des Hautes-Pyrénées et enfin l'institut de l'anthropologie du Midi-Pyrénées. Cette étude visait surtout à retracer les flux migratoires ruraux de la zone et les interactions des individus dans un milieu isolé, autrement dit loin des courants migratoires favorables à une diversité bio-culturelle. Étaient visées aussi l'influence du regroupement de ces habitants sur une période donnée (analyse tant historique que sociologique) et les altérations génétiques qui en découlaient.

Les analyses de cette enquêtes furent publiées lors du dernier trimestre 2005, surtout dans la revue Genômes et Cahiers français des études anthropologiques. Les résultats et les interprétations publiés montrent une forte concentration de problèmes liés à la consanguinité au sein des communes rurales du département avec des effets plus ou moins prononcés. Cela touche 97% de la population étudiée. Cependant, les auteurs de l'enquête soulignent que cela ne veut pas dire que toute la population souffre de dégénérescence. Certaines altérations découvertes sont aussi présentes dans d'autres populations et sont propres aux populations européennes. Cependant, certaines altérations majeures sont spécifiques à la communauté étudiée. Ce serait le résultat d'un renfermement de celle-ci et d'une volonté de préserver certains attributs tant matériels qu'abstraits. C'est ainsi que des mariages entre cousins permettaient d'une part de garder les terres cultivables, sources de richesses au sein de la même famille et d'autre part d'empêcher un étranger de rentrer dans cette communauté. Cette tendance fut vraie jusqu'à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Pour tout autant, ces spécificités perdurent aujourd'hui puisque ce schéma consanguin est ancré depuis plusieurs siècles dans toute la région et l'ouverture auprès d'une souche biogénétique différente reste un problème sociologique de l'ouverture d'un individu sur l'étranger.

Furent retrouvées des caractéristiques génétiques propres aux populations d'Afrique du Nord qui ont ensuite muté caractérisant la population locale. L'explication de cette présence vient du fait que des populations Nord-Africaines pénètrent dans le territoire au cours de l'Histoire de France, par exemple au VIIIe siècle.

Ces résultats sur la consanguinité contrarièrent certaines personnalités des Hautes-Pyrénées. L'une d'entre elles, par l'intermédiaire du quotidien Midi Pyrénées en janvier 2006, dit que'si on donne de la drogue à un imbécile, ce dernier rédigera un papier scientifique de ce genre'.

Références

Lien externe

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Consanguinit%C3%A9.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 17/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu