Convergence évolutive

La convergence évolutive est le mécanisme évolutif expliquant les ressemblances morphologiques, quelquefois comportementales, entre des espèces soumises aux mêmes contraintes environnementales.



Catégories :

Zoologie - Génétique - Paléontologie - Théorie sur l'évolution - Antiquité

Recherche sur Google Images :


Source image : ssaft.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Evolution convergente. Evolution dans deux ou plusieurs espèces non apparentées de la... La convergence évolutive est le mécanisme évolutif expliquant les ... (source : dictionary.lingoz)
  • “@ convergence évolutive : la convergence évolutive est l'acquisition dans deux.... com/2008/02/02/poissons- evolution - convergente -et-symetrie-miroir/).... (source : coffeeandsci.wordpress)
  • In evolutionary biology, convergent evolution is the process whereby organisms not... La convergence évolutive est le mécanisme évolutif expliquant les ... (source : diccionario.babylon)
L'oiseau-mouche (à gauche) et le papillon sphingidae (à droite) ont en commun un bec long adapté pour puiser le nectar et une capacité au vol stationnaire. L'oiseau-mouche (à gauche) et le papillon sphingidae (à droite) ont en commun un bec long adapté pour puiser le nectar et une capacité au vol stationnaire.
L'oiseau-mouche (à gauche) et le papillon sphingidæ (à droite) ont en commun un bec long adapté pour puiser le nectar et une capacité au vol stationnaire.

La convergence évolutive est le mécanisme évolutif expliquant les ressemblances morphologiques, quelquefois comportementales, entre des espèces soumises aux mêmes contraintes environnementales. D'une façon plus générale, ce terme s'applique aussi à l'évolution d'autres dispositifs adaptatifs comme peuvent l'être des groupes humains ou des civilisations.

Evolution convergente en biologie

En biologie de l'évolution, la convergence ou homoplasie est la présence chez deux espèces, de caractères analogues, d'une même adaptation, mais qui n'a pas été hérité d'un ancêtre commun. Elle résulte de deux évolutions indépendantes dans un même type d'environnement. Elle ne doit par conséquent pas être confondue avec la synapomorphie qui sert à désigner, au contraire, une similarité due à un ancêtre commun.

La convergence évolutive est interprétée comme le résultat d'une évolution vers une même réponse évolutive au sein de deux taxons soumis à un même problème adaptatif qu'il s'agisse d'une pression de sélection naturelle ou sexuelle.

Occasionnellemen, les différences entre deux espèces convergentes peuvent être assez faibles à première vue, et conduire à des erreurs de classification phylogénétique. Ainsi, ce n'est qu'en 1693, que le naturaliste John Ray établit que les cétacés appartiennent bien à la classe des mammifères, malgré une forte ressemblance avec les poissons, due à des évolutions convergentes ayant mené dans les deux cas à une adaptation au milieu aquatique.

Quelques exemples de caractères convergents liés à l'adapation

L'une des principales sources d'adaptations convergentes est liée à la place occupée par les espèces dans leur chaîne alimentaire. Au bas de la chaîne, les végétaliens développent un appareil digestif particulièrement spécifique leur servant à digérer les fibres végétales. Le faible apport calorique de leur nourriture les oblige à passer plus de temps à manger et a avoir des intestins plus longs. Des oiseaux, mammifères aquatiques ou volants ont pu développer des talents d'écholocation. Des écodispositifs particulièrement différents peuvent par conséquent néanmoins génèrer les mêmes techniques de chasse, à l'affût, à la course...

Morphologies convergentes

La forme hydrodynamique et les nageoires sont apparues dans de multiples taxons de façon complètement indépendante : bien bien entendu chez les poissons et chez les ichtyosaures (des reptiles marins actuellement disparus) mais également chez les oiseaux manchots mais aussi dans deux ordres différents parmi les mammifères : les cétacés (comme le grand dauphin) qui sont apparentés à l'hippopotame et les siréniens qui sont apparentés à l'éléphant. Cette évolution morphologique analogue est liée au fait que la force de trainée exercée par l'eau sur un corps en mouvement est diminuée pour des profils en forme d'ogive. Puisque toutes ces espèces sont soumis à cette même contrainte hydromécanique elles ont, chacune de leur côté, évolué vers une solution adaptative particulièrement identique au problème de la vie aquatique.

Le hareng est un poisson osseux Les ichthyosaures étaient des reptiles Les manchots à jugulaire sont
des oiseaux aquatiques
Les cétacés (dauphin) sont
en fait proches des hippopotames
Les siréniens (dugong) sont
en fait proches des éléphants

En plus de l'exemple illustré ci-dessus, on peut citer de nombreux autres exemples de convergence évolutive :

Le loup de Tasmanie ressemble au chien dont

il a la morphologie, c'est néenmoins un marsupial.

Le chacal doré (Canis aureus) est un vrai canidé

de la classe des mammifère placentaire

Chez les insectes, un bel exemple d'évolution convergente est apporté par la ressemblance morphologique entre le mantispe et la mante religieuse.

Convergences comportementales

Il y a également des ressemblances dans le comportement grégaire des bancs, des troupeaux, des nuées et des volées.

On peut étendre le principe de convergence évolutive à l'étude des sociétés animales. Les colonies d'insectes sociaux et de rats-taupes nus ont un mode d'organisation analogue nommé eusocialité, qui comprend une reine, des reproducteurs et des ouvriers stériles.

Évolution convergente dans les sociétés humaines

Le concept de convergence évolutive s'inscrit dans le paradigme évolutionniste de l'étude des sociétés humaines. Dans les approches darwiniennes ou alors adaptationnistes en ce domaine, les cas de convergence reflètent les pression de sélection analogues auxquelles sont soumis les groupes humains[1].

Convergences technologiques dans l'histoire humaine

Certaines technologies ont été découvertes indépendamment par plusieurs civilisations sans qu'on ait pu montrer qu'elles avaient été transmises par des civilisations antérieures. C'est le cas de l'écriture apparue indépendamment dans les civilisations sumérienne vers 3000 av. J. -C., chinoise vers 1300 av. J. -C. et précolombienne vers 650 av. J. -C. On peut aussi citer le cas des mathématiques et de l'astronomie qui furent découvertes indépendamment par des civilisations eurasiennes et des civilisations précolombiennes.

Notes et références

Voir aussi

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Convergence_%C3%A9volutive.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 17/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu