Hérédité

L'hérédité est la transmission de caractéristiques des ancêtres à leurs descendants, quel que soit le mode de cette transmission.



Catégories :

Génétique

Recherche sur Google Images :


Source image : appx.cegep-chicoutimi.qc.ca
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Définitions :

  • C'est ce qui explique que si notre grand-père et notre père n'ont pas eu d'enfants, nous restons sans descendance. (source : atoute)

L'hérédité (du latin hereditas, «ce dont on hérite») est la transmission de caractéristiques des ancêtres à leurs descendants, quel que soit le mode de cette transmission. Le plus fréquemment, on sert à désigner par hérédité la transmission de caractères biologiques.

Une signification qui a évolué

Bien avant d'être reprise dans un cadre biologique, la transmission héréditaire a décrit un fait juridique : un fief, un titre, un office pouvaient être héréditaires, c'est-à-dire transmis par héritage. Il faut par conséquent être particulièrement prudent dans l'usage de ce terme. Il est juste de dire que le métier est héréditaire dans une société où on est forgeron de père en fils. Cela ne veut dire évidemment pas que les descendants soient génétiquement des forgerons.

On peut faire la distinction entre l'Hérédité sociale (ou acquise) et l'Hérédité génétique (ou innée).

Dans l'Hérédité acquise, on trouvera l'ensemble des caractères hors génétiques qui viennent de l'imitation ou de l'opposition aux parents et au milieu social fréquenté : la langue maternelle, la culture, les valeurs, le métier, la fortune, les idées politiques....

L'Hérédité innée concerne seulement les caractères génétiques transmis par les parents. L'utilisation du terme hérédité en biologie ne s'est mise en place qu'au cours du XIXe siècle. Ainsi Louis Pasteur parle d'hérédité, pour la transmission de particules infectieuses entre deux génération de papillon[1]. Il parle d'hérédité congéniale pour sous-entendre le caractère génétique (le terme génétique n'existait pas à cette époque).

Cette confusion qui perdure jusque la fin du XIXe siècle montre qu'il y eu longtemps confusion entre la constitution physiologique et le statut social.

La compréhension du mécanisme de l'hérédité

La discipline qui étudie l'hérédité biologique est la génétique. C'est une discipline récente, qui s'est constituée au cours des XIXe et XXe siècles, au fur et à mesure des découvertes conceptuelles et expérimentales.

Au XIXe siècle, Mendel formule et démontre des règles de transmission des caractères, les lois de Mendel, qui sont à la base de la génétique formelle. Parallèlement, les premières expériences de biologie cellulaire montrent l'importance des chromosomes dans cette transmission des caractères.

Il fallut attendre en 1943 la démonstration par Oswald Avery que l'ADN était bien le support de l'information génétique, et la découverte de sa structure en double hélice par Watson et Crick en 1953, pour commencer à comprendre les fondements moléculaires des lois de Mendel.

Les différents modes de transmission biologique des caractères

L'hérédité mendélienne régit la majorité des caractères.

Chez les organismes diploïdes comme les humains, chaque individu possède deux copies de chaque gène, une copie venant de la mère et l'autre du père (exception : les gènes des chromosomes sexuels). Si ces deux versions sont semblables, l'individu est dit homozygote pour le gène reconnu. Dans le cas opposé, il possède deux versions différentes (deux allèles différents), et il est dit hétérozygote pour ce gène.

A titre d'exemple, un enfant possédant deux fois l'allèle «A» pour le gène du groupe sanguin sera de groupe A, tandis qu'un enfant hétérozygote avec un allèle «A» et un allèle «B» sera de groupe AB. Ces deux allèles s'expriment aussi : on parle de codominance. Mais l'ensemble des allèles ne sont pas codominants : l'allèle O (zéro, c'est-à-dire pas de marqueur) ne l'est pas. Un homozygote «O/O» est de groupe O, mais un hétérozygote «A/O» est de groupe A, «B/O» de groupe B. On dit que l'allèle O est récessif, et les allèles A et B dominants comparé à O.

Il existe des caractères qui ne suivent pas les lois de la génétique mendélienne, on parle alors d'hérédité non-mendélienne.

Il peut s'agir d'une forme d'hérédité extranucléaire, qui correspond à la transmission des caractères liés à l'ADN présent non dans le noyau mais dans des organites à doubles membranes comme les mitochondries (organites de la respiration cellulaire) et les chloroplastes (organites de la photosynthèse chlorophyllienne). Généralement ces organites sont apportés par l'ovule. A titre d'exemple, le spermatozoïde humain laisse ses mitochondries hors de l'ovule lors de la fécondation. Les caractères sont par conséquent issus des mitochondries maternelles : on parle de transmission mitochondriale matrilinéaire. On retrouve ce mode de transmission héréditaire dans les maladies mitochondriales.

Il existe aussi une autre voie d'hérédité qualifiée d'hérédité cytoplasmique où ce sont des composants comme les protéines qui sont transmis. C'est le cas pour la transmission de l'ESB et d'autres maladies à prions.

Références

  1. Pasteur Œuvre tome 4– Etude sur la maladie des vers à soie, page 63

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/H%C3%A9r%C3%A9dit%C3%A9.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 17/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu