Histoire de la génétique et de la biologie moléculaire

La génétique classique, dite mendélienne, est apparue comme une science de l'hérédité. Elle a apporté des réponses sur la ressemblance géniteur-descendance.



Catégories :

Histoire de la biologie - Génétique - Biologie moléculaire

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.wikipedia.org
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Afficher Didactique de la Biologie – Génétique – Phénotype – Déterminisme génétique... voir aussi, pour l'histoire de la génétique, les bonnes synthèses de ... plus évident le paradigme de la génétique moléculaire : “ un gène – un enzyme ” et ... (source : iubs)

La génétique classique, dite mendélienne, est apparue comme une science de l'hérédité. Elle a apporté des réponses sur la ressemblance géniteur-descendance. Cette science a mis en avant le concept de gène : un gène n'existe pas, c'est un concept ; dans la nature il n'y a que des molécules, ceci en utilisant la méthodologie de base de la génétique : le croisement. Cette technique n'est envisageable que chez les espèces possédant une sexualité et nécessitant des individus de phénotype différent. Cette méthodologie a été mise en place au début du XXe siècle par Mendel grâce à ses célèbres expériences sur les petits pois.

La génétique est devenue une discipline qui s'intéresse aux mécanismes moléculaires de la transmission des caractères, c'est-à-dire la génétique moléculaire. Le XXIe siècle aura vu apparaître la possibilité de séquencer des génomes entiers, avec par exemple les génomes des espéces modèles Saccharomyces cerevisiæ en 1996, Escherichia coli en 1997 et Arabidopsis thaliana en 2000. Cette avancée technologique permet des études à l'échelle de l'ensemble des gènes d'une espèce. Lorsque l'échelle est changée la science change de nom : on parle aujourd'hui de génomique.

La génomique introduit de nouveaux problèmes à résoudre : le flux d'information contenue dans l'ADN est utilisé par la cellule pour fabriquer ses protéines. En termes génétiques, le génome d'un individu forme son génotype. Cet individu va avoir une certaine apparence (phénotype). Chacun d'entre-nous développe plusieurs phénotypes : embryon-jeune-adulte-vieillard. C'est vrai aussi à l'échelle cellulaire : une cellule musculaire a le même génotype qu'un neurone, c'est-à-dire que pour un même génotype on développe plusieurs phénotypes. Le problème est de savoir comment le dispositif est régulé de telle sorte que cette information transférée aux protéines va donner un certain phénotype bien défini. Comment est régulée l'expression des gènes de telle manière à donner un phénotype non aléatoire ?

Pour répondre à ces questions les chercheurs disposent des techniques et méthodes de la génétique pour répondre aux contrôles de l'expression des gènes chez les eucaryotes.

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_g%C3%A9n%C3%A9tique_et_de_la_biologie_mol%C3%A9culaire.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 17/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu