Ploïdie

La ploïdie d'une cellule caractérise le nombre d'exemplaire de ses chromosomes ...



Catégories :

Génétique - Biologie cellulaire - Embryologie

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • - La méiose va produire des cellules haploïdes, par conséquent à n chromosomes..... La réponse de Dexheimer sur la ploïdie est particulièrement bonne, et il serait trop long de ... (source : tela-botanica)
  • Dans une cellule eucaryote haploïde, il y tout autant de groupes de liaisons.... Le degré de ploïdie est déterminé par le nombre de lots chromosomiques par... (source : uel.education)
  • Le niveau de ploïdie est aussi confirmé par le compte du nombre de chloroplastes dans les cellules stomatales de garde, qui présentent 8 chloroplastes... (source : books.google)

La ploïdie d'une cellule caractérise le nombre d'exemplaire de ses chromosomes :

Plus rarement, on peut rencontrer :

Fécondation et méiose

Chez les espèces à reproduction sexuée (animaux, plantes, champignons, ... ), la fusion des deux cellules ou gamètes apportées par chacun des parents lors de la fécondation assemble deux lots morphologiquement semblables de chromosomes, ceux du gamète mâle et ceux du gamète femelle. L'œuf ou zygote qui résulte de la fécondation contient par conséquent deux lots semblables de chromosomes.

Ces chromosomes étant appariables, on sert à désigner le nombre de chromosomes de l'œuf, qui est ainsi dit diploïde, par 2n. Les gamètes qui n'ont qu'un seul lot de n chromosomes sont dits haploïdes.

Lors du développement d'un organisme, les divisions cellulaires normales ou mitoses conservent le nombre de chromosomes de la cellule : une cellule haploïde donne deux cellules haploïdes, une cellule diploïde donne deux cellules diploïdes.

Pour assurer le cycle de vie complet (d'œuf x à œuf x+1), il est par conséquent indispensable de compenser à un moment ou à un autre le doublement chromosomique de la fécondation par une opération inverse, la méiose, une division cellulaire spécifique, qui permet un retour à l'état haploïde.

Selon les groupes d'êtres vivants, la place de la méiose et de la fécondation sont variables au cours du cycle de développement. A titre d'exemple, la méiose a lieu au cours de la formation des gamètes chez les mammifères ce qui fait que l'ensemble des cellules (issues de l'œuf par des mitoses) sont diploïdes et que seuls les gamètes sont haploïdes. Dans d'autres groupes comme certains champignons, la méiose suivant immédiatement la fécondation, l'ensemble des cellules sont haploïdes.

Cycle de vie à diploïdie dominante, dit diplophasique

Chez les organismes dont le cycle de vie est à phase diploïde dominante, l'essentiel des cellules est diploïde, à l'exception des gamètes.

La plupart des animaux (dont l'homme), sont à phase diploïde dominante.

Cycle de vie à haploïdie dominante, dit haplophasique

Les organismes dont le cycle de vie est à phase haploïde dominante sont principalement constitués de cellules haploïdes, tout comme les gamètes. La phase diploïde se limite quasiment au zygote issu de la fécondation.

De nombreux champignons, certaines algues sont des exemples d'organismes à phase haploïde dominante.

Cycle de vie mixte, dit haplodiplophasique

Il existe aussi des organismes à cycle de vie mixte équilibré (certains algues vertes filamenteuses ont une phase haploïde et une phase diploïde équivalentes) ou déséquilibré.

Triploïdie

La triploïdie est associée à la reproduction des angiospermes. Un des noyaux du grain de pollen (haploïde) s'unit à un noyau resté diploïde de l'ovule, et donne naissance à un tissu de réserve de la graine, l'albumen. C'est le phénomène de double fécondation. Il existe aussi des plantes triploïdes comme le cultivar de Bananier utilisé pour la consommation humaine ou certaines variétés de Pommier. Ces plantes sont stériles et ne peuvent être multipliées que par voie végétative. Il existe aussi une colonie clonale triploïde de Lomatia tasmanica.

Des huîtres triploïdes génétiquement modifiées sont actuellement produites. Elles sont stériles et par conséquent peuvent être consommées en toute saison (pas de périodes laiteuses). [1]

Polyploïdie

Certaines espèces ont perpétué et fixé dans leur génome, une ou plusieurs duplications supplémentaires de leurs chromosomes : c'est le phénomène de polyploïdie. La charge d'ADN dans la cellule se trouve ainsi fortement accrue. Cela peut concerner des animaux (les drosophiles par exemple) ou des végétaux.

Le blé est hexaploïde (Triticum æstivum) et a un génome de très grande taille (16000 Mb) qui fait 127 fois celui de la plante modèle (Arabidopsis thaliana). D'autres espéces comme certaines huitres sont tetraploïdes.

Anomalies de la ploïdie

Lors de la fécondation ou du développement embryonnaire, des anomalies du nombre de chromosomes peuvent apparaître, c'est l'aneuploïdie. Les trisomies sont des aneuploïdies.

Références

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Plo%C3%AFdie.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 17/09/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu